Ecoutez


Le handicap privé de débat ?

Imprimer
JLG portraitLes débats parlementaires engagés sur la dépendance ne concernent pas les personnes en situation de handicap. Un choix regretté par la Fédération APAJH. Rencontre avec le président, Jean-Louis Garcia pour le journal Mut'Echo.

Les pouvoirs publics ont décidé d'exclure le handicap de la concertation sur la dépendance. Quelle est votre réaction ?

Je regrette cette décision ! La Fédération APAJH a soutenu une position inverse dès le lancement de la mission d'information de la députée UMP Valérie Rosso-Debord, en juillet 2010. Nous l'avons fait savoir aux parlementaires ainsi qu'à la ministre de la Cohésion sociale, Roselyne Bachelot. Malheureusement, nous n'avons pas été entendus. Des raisons financières expliquent certainement ce choix.

Pourtant, les personnes en situation de handicap sont plus exposées à la dépendance que les personnes valides, puisqu'elles cumulent le poids du handicap et les effets de l'âge. C'est pourquoi la Fédération APAJH réfléchit au thème de l'avancée en âge des personnes en situation de handicap. Comment éviter que ces personnes vieillissantes deviennent dépendantes ?

La prochaine conférence nationale du handicap, qui aura lieu en juin, fera le bilan de la loi handicap 2005...

L'évolution entre la loi de 1975 et celle de 2005 a permis de progresser quant à la situation des personnes en situation de handicap. Il serait faux de dire que rien n'a bougé ! Malheureusement, la loi de 2005 a été détricotée et vidée de son sens par le gouvernement à plusieurs reprises.

Quelles propositions ferez-vous lors de cette conférence ?

Nous insisterons notamment sur la nécessité de développer la scolarisation de tous. A l'heure où je vous parle, un certain nombre d'élèves en situation de handicap n'ont toujours pas effectué leur rentrée scolaire ! Or la loi de 2005 affirme le principe d'une école de la République accessible à tous les enfants.

Notre priorité est également l'accès aux soins. Par exemple, la prise en charge d'un enfant autiste pour une carie dentaire exige des soins et un accompagnement adaptés pendant plusieurs séances. Pour lutter contre les inégalités d'accès aux soins, il faut favoriser et développer la formation initiale et continue des soignants.

Propos recueillis le 25 février par Christophe de La Mure pour Mut’Echo - mars 2011

Téléchargez l'article paru dans Mut'Echo

e-max.it: your social media marketing partner

Ce site enregistre des cookies sur votre ordinateur pour vous fournir une meilleure expérience.

EU Cookie Directive plugin by www.channeldigital.co.uk