Vous etes ici : L'actualité Actualité handicap

PASSMO

 

FAQ

 

Espace Presse

 

Espace RH

 



Actualités Handicap

Lancement du numéro national d’accompagnement : 0 800 360 360

Les personnes en situation de handicap et leurs proches aidants ont particulièrement été touchées par le confinement, mais également par les différentes phases de déconfinement qui modifient une nouvelle fois leur quotidien. Un numéro unique a été lancé début juin pour bâtir des solutions de proximité.

Depuis le 2 juin, un numéro unique est mis en place pour répondre aux questions des personnes en situation de handicap et les proches aidants : le 0 800 360 360.

S’il est national, et gratuit, la particularité de ce numéro est qu’il s’agit d’une porte d’entrée qui permet la mise en relation avec des conseillers dans le département de l’appelant, afin qu’ils se coordonnent pour co-construire la réponse la plus adaptée possible à chaque situation.

Le déploiement de ce dispositif est progressif, avec l’ensemble du territoire couvert d’ici la fin de l’été. Une plateforme d’écoutants nationaux prend en charge les demandes qui ne peuvent encore être suivies par des acteurs de l’accompagnement départementaux.

Accompagner au plus près pour bâtir des solutions suite à la crise sanitaire

Un appel peut concerner des demandes variées, telles que l’aide à la reprise d’un parcours de soins (que ce soit auprès de médecins de ville ou à l’hôpital), alors que certains actes ont pu être reportés lors du confinement par exemple, ou encore d’un accompagnement renforcé suite à une aggravation des troubles ou des besoins suite à la crise sanitaire, mais aussi du soutien aux enfants en situation de handicap confiés à l’Aide sociale à l’enfance (ASE).

Vers la pérennisation du dispositif ?

L’organisation de ce numéro national s’appuie sur le dispositif « communautés 360 » qui réunit l’ensemble des ressources et des acteurs locaux (associations gestionnaires d’établissements et services pour personnes en situation de handicap, hôpitaux, professionnels de santé, services publics etc.) pour accompagner notamment des personnes sans solution, qu’elles soient en situation de handicap ou aidantes. Il est à noter d’ailleurs que le numéro d’appel demeurera le même pour contacter ces communautés.

L’APAJH prend part aux « communautés 360 » dans plusieurs départements : l’Aisne, la Gironde, Alpes de Hautes-Provences, en Guyane etc.

e-max.it: your social media marketing partner

Une prime pour les professionnels du social et du médico-social !

Une prime pour les professionnels du social et du médico-social !

Dans une lettre ouverte adressée au Président de la République, 18 associations, dont l’APAJH, réclament une fois encore une prime pour l’ensemble des professionnels du monde social et médico-social.

Dès l’annonce d’une prime exceptionnelle pour les soignants qui se sont mobilisés en première ligne lors de la crise sanitaire liée à la Covid-19, l’APAJH et les associations gestionnaires ont appelé à étendre celle-ci à l’ensemble du secteur social et médico-social.

Chaque jour, dans des conditions sanitaires et sécuritaires pas toujours assurées, les professionnels ont su s’adapter pour accompagner les personnes les plus fragiles de notre société, veillant ainsi à ne laisser personne sur le bas-côté.

Une réelle volonté politique ?

Aujourd’hui, malgré une volonté affichée par le gouvernement de répondre favorablement à cette demande, la mise en oeuvre d’une telle prime ne peut être effective. Pire, l’idée se profile que la prime ne serait pas la même pour tous les professionnels concernés, certains allant jusqu’à annoncer que son attribution et son montant seraient laissés à l’appréciation des financeurs concernés.

Les associations ne peuvent se satisfaire d’un accord de principe fragilisé et qui ne peut se concrétiser sur le terrain : 18 d’entre elles, dont l’APAJH, réaffirment donc avec force la nécessité d’accorder une prime à tous les professionnels du secteur social et médico-social, intervention à domicile, protection de l’enfance, judiciaire associatif, insertion, handicap, quel que soit le financeur ou le lieu d’exercice de l’activité.

Retrouvez la lettre ouverte adressée au Président de la République par les associations.

e-max.it: your social media marketing partner

L’APAJH refuse l’intégration de l’Allocation Adulte Handicapé (AAH) au sein du Revenu Universel d’Activité (RUA)




Après des semaines d’un simulacre de concertation, le Gouvernement a annoncé vendredi 20 décembre, que l’AAH serait intégrée au Revenu Universel d’Activité malgré l’opposition de la quasi-unanimité des associations.

L'Allocation aux Adultes Handicapés en danger : La logique du Revenu Universel d'Activité ne doit pas s'appliquer aux personnes en situation de handicap !

Le Gouvernement organise depuis six mois une parodie de concertation, dans le cadre de la préfiguration du futur Revenu Universel d'Activité (RUA). Ce projet s'inscrit dans le cadre de la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté et se fixe comme objectif de fusionner la plupart des minima sociaux en une allocation unique, intégrant l'AAH. Les associations représentant les personnes en situation de handicap n'ont cessé de le répéter depuis le premier jour : la logique du RUA est totalement inadaptée aux personnes en situation de handicap. L’Allocation Adultes Handicapés n’est pas un minima social !

Dans un discours prononcé le 13 septembre 2018, le Président lui-même présentait ainsi le projet de RUA : « Il s'agit bien de permettre le retour à l'emploi, à l'activité. Je n'ai jamais cru au revenu universel qui était sans conditions d'activité, et qui croyait pouvoir donner quelques centaines d'euros comme solde de tout compte [...] Je ne veux pas m'acheter de bonne conscience, avec le revenu universel d'activité viennent donc, en plus de l'allocation, des droits et des devoirs supplémentaires. »

Il est évident que ce discours est totalement inadapté aux personnes en situation de handicap.

Si le gouvernement tente aujourd'hui de nous rassurer en garantissant qu'aucune contrepartie en termes d'activité ne sera exigée à court terme, nous l'invitons à faire preuve de cohérence et à renoncer à inclure dans ce dispositif les 1,2 millions d'allocataires en situation de handicap.

Depuis des mois nous expliquons que la contrepartie « travail » n’a pas de sens pour une grande majorité de personnes en situation de handicap car ils en sont empêchés de par la nature et la lourdeur de leurs difficultés. Depuis des mois, nous répétons aux pouvoirs publics qu’il est absolument fondamental de prendre en compte cette singularité qui concerne des millions de nos concitoyens. Depuis des mois, nous répétons au gouvernement que le nouveau dispositif tel qu'envisagé ajoutera de la complexité plutôt que de la simplification pour les personnes en situation de handicap, qui ont déjà de grandes difficultés à faire valoir leurs droits.

La loi du 30 juin 1975 a créé l'AAH pour reconnaître la spécificité des conditions de vie des personnes en situation de handicap, et leur garantir un revenu issu de la solidarité nationale. La loi du 11 février 2005 a renforcé cette reconnaissance et les droits qui l'accompagnent en termes de compensation des manifestations du handicap.

Il n'est pas question de laisser détricoter en 2020 ces acquis issus de décennies de combat pour faire valoir les droits et la citoyenneté des personnes en situation de handicap.

C'est pourquoi l’APAJH refuse la dilution de l'AAH au sein d'un RUA dont les promoteurs eux-mêmes indiquent, dans le cadre de la concertation, qu'il fera des perdants sans jamais préciser lesquels.

L’APAJH a sollicité auprès du Gouvernement l'ouverture d'un chantier autour de l'amélioration de l'AAH et sur les ressources des personnes, ainsi que sur l'accès à l'emploi. Après s'être engagée en octobre à donner suite à cette demande dans les 15 jours, nous avons découvert à l'occasion de la réunion plénière du 20 décembre 2019 que la secrétaire d'Etat en charge des personnes handicapées convoquait les associations fin janvier 2020 non pas pour répondre à notre demande, mais pour étudier les modalités de dissolution de l'AAH au sein du RUA.

L’APAJH dénonce ce jeu de dupes, qui consiste à écouter les associations pour ne jamais les entendre et à ignorer leurs demandes répétées, au mépris des droits des personnes en situation de handicap. Nous nous mobiliserons dans les prochaines semaines pour défendre l'AAH et plus largement, pour faire entendre la voix des personnes en situation de handicap.

e-max.it: your social media marketing partner

Mobilisation citoyenne #jaipasecole sur marentree.org

« La scolarisation avec tous : école, collège, lycée, lycée pro… » est l’une des revendications APAJH les plus soutenues.
Quel sera le sort des enfants et jeunes en situation de handicap à la rentrée ?

Cette année encore, pour la rentrée scolaire, des milliers d’enfants en situation de handicap sont exclus des bancs de l’école. Malgré les actions engagées et les projets d’amélioration portés par le gouvernement, la réalité reste floue. De nombreux élèves n’auront pas de solution de scolarisation à la rentrée ou des solutions que très partielles. Les chiffres manquent. Combien d’enfants en situation de handicap n’ont pas accès à l’éducation ? Pourquoi ? Quelles difficultés rencontrent-ils au quotidien ? Depuis combien de temps ?

L’APAJH, créée par des instituteurs engagés, ne se résout pas à laisser des enfants sans solution de scolarisation !

Parce que les témoignages concrets de tous ceux qui subissent ces exclusions valent tous les discours, l’APAJH, sous l’impulsion de l’Unapei et le soutien de nombreux partenaires, donne la possibilité à tous ceux qui sont confrontés à cette réalité de pouvoir exprimer leur situation grâce à la plateforme http://marentree.org

Chacun de ces témoignages permettra d’identifier le quotidien de ces enfants, leurs besoins individuels et ceux de leurs familles, ainsi que les manquements de notre pays. L’occasion aussi de rendre visibles ces élèves et ces familles trop souvent isolés et cachés, du seul fait du handicap des enfants et de l’absence de solution adaptée à leurs besoins.

L’APAJH soutient la campagne #JAIPASECOLE relayée sur http://marentree.org car pour les militants bénévoles et les professionnels de l’APAJH le « droit à l’école » pour tous les enfants n’a jamais été une option !

e-max.it: your social media marketing partner

140 propositions pour les droits des personnes en situation de handicap

 

Les personnes en situation de handicap font 140 propositions au gouvernement en vue de rendre leurs droits fondamentaux effectifs au regard des normes internationales.

A la veille du Comité Interministériel du Handicap, les associations représentant les personnes en situation de handicap réunies au sein du « Comité d’Entente », dont l’APAJH, et du « Conseil français des personnes handicapées pour les questions européennes » (CFHE) font 140 propositions concrètes au gouvernement pour que 8 années après la ratification de la Convention des Nations Unis par la France, les droits des personnes en situation de handicap soient enfin effectifs dans notre pays.

La dernière rentrée scolaire l’a encore démontré, les droits des personnes en situation de handicap ne sont pas respectés en France. Force est de constater, que notre pays est très loin de permettre aux personnes en situation de handicap d’être pleinement scolarisées, de disposer d’un emploi, d’un logement, d’être soignées, de voter, de bénéficier de ressources décentes et de vivre avec et parmi les autres dans la société.

A l’approche de l’examen par l’ONU  de l’application de la Convention des Nations Unies relatives aux droits des personnes handicapées, les associations rendent aujourd’hui public un état des lieux critique de son application. Ce document met en évidence les écarts considérables dans tous les domaines qui existent entre ses préconisations et le quotidien des personnes en situation de handicap. Il fait la démonstration des graves manquements de la politique du handicap de l’Etat français et soumet 140 propositions concrètes au gouvernement.

A la veille du Comité Interministériel du Handicap, les associations réunies au sein du Comité d’Entente et du CFHE interpellent le gouvernement afin qu’il ajuste sa feuille de route au regard de ses recommandations.

Retrouvez l’état des lieux et les 140 propositions en cliquant ici.

e-max.it: your social media marketing partner

Page 1 sur 28

<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Ce site enregistre des cookies sur votre ordinateur pour vous fournir une meilleure expérience.

EU Cookie Directive plugin by www.channeldigital.co.uk
!-- //FOOTER --