Vous etes ici : Actualité handicap L’APAJH refuse l’intégration de l’Allocation Adulte Handicapé (AAH) au sein du Revenu Universel d’Activité (RUA)

PASSMO

 

FAQ

 

Espace Presse

 



L’APAJH refuse l’intégration de l’Allocation Adulte Handicapé (AAH) au sein du Revenu Universel d’Activité (RUA)

Envoyer Imprimer




Après des semaines d’un simulacre de concertation, le Gouvernement a annoncé vendredi 20 décembre, que l’AAH serait intégrée au Revenu Universel d’Activité malgré l’opposition de la quasi-unanimité des associations.

L'Allocation aux Adultes Handicapés en danger : La logique du Revenu Universel d'Activité ne doit pas s'appliquer aux personnes en situation de handicap !

Le Gouvernement organise depuis six mois une parodie de concertation, dans le cadre de la préfiguration du futur Revenu Universel d'Activité (RUA). Ce projet s'inscrit dans le cadre de la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté et se fixe comme objectif de fusionner la plupart des minima sociaux en une allocation unique, intégrant l'AAH. Les associations représentant les personnes en situation de handicap n'ont cessé de le répéter depuis le premier jour : la logique du RUA est totalement inadaptée aux personnes en situation de handicap. L’Allocation Adultes Handicapés n’est pas un minima social !

Dans un discours prononcé le 13 septembre 2018, le Président lui-même présentait ainsi le projet de RUA : « Il s'agit bien de permettre le retour à l'emploi, à l'activité. Je n'ai jamais cru au revenu universel qui était sans conditions d'activité, et qui croyait pouvoir donner quelques centaines d'euros comme solde de tout compte [...] Je ne veux pas m'acheter de bonne conscience, avec le revenu universel d'activité viennent donc, en plus de l'allocation, des droits et des devoirs supplémentaires. »

Il est évident que ce discours est totalement inadapté aux personnes en situation de handicap.

Si le gouvernement tente aujourd'hui de nous rassurer en garantissant qu'aucune contrepartie en termes d'activité ne sera exigée à court terme, nous l'invitons à faire preuve de cohérence et à renoncer à inclure dans ce dispositif les 1,2 millions d'allocataires en situation de handicap.

Depuis des mois nous expliquons que la contrepartie « travail » n’a pas de sens pour une grande majorité de personnes en situation de handicap car ils en sont empêchés de par la nature et la lourdeur de leurs difficultés. Depuis des mois, nous répétons aux pouvoirs publics qu’il est absolument fondamental de prendre en compte cette singularité qui concerne des millions de nos concitoyens. Depuis des mois, nous répétons au gouvernement que le nouveau dispositif tel qu'envisagé ajoutera de la complexité plutôt que de la simplification pour les personnes en situation de handicap, qui ont déjà de grandes difficultés à faire valoir leurs droits.

La loi du 30 juin 1975 a créé l'AAH pour reconnaître la spécificité des conditions de vie des personnes en situation de handicap, et leur garantir un revenu issu de la solidarité nationale. La loi du 11 février 2005 a renforcé cette reconnaissance et les droits qui l'accompagnent en termes de compensation des manifestations du handicap.

Il n'est pas question de laisser détricoter en 2020 ces acquis issus de décennies de combat pour faire valoir les droits et la citoyenneté des personnes en situation de handicap.

C'est pourquoi l’APAJH refuse la dilution de l'AAH au sein d'un RUA dont les promoteurs eux-mêmes indiquent, dans le cadre de la concertation, qu'il fera des perdants sans jamais préciser lesquels.

L’APAJH a sollicité auprès du Gouvernement l'ouverture d'un chantier autour de l'amélioration de l'AAH et sur les ressources des personnes, ainsi que sur l'accès à l'emploi. Après s'être engagée en octobre à donner suite à cette demande dans les 15 jours, nous avons découvert à l'occasion de la réunion plénière du 20 décembre 2019 que la secrétaire d'Etat en charge des personnes handicapées convoquait les associations fin janvier 2020 non pas pour répondre à notre demande, mais pour étudier les modalités de dissolution de l'AAH au sein du RUA.

L’APAJH dénonce ce jeu de dupes, qui consiste à écouter les associations pour ne jamais les entendre et à ignorer leurs demandes répétées, au mépris des droits des personnes en situation de handicap. Nous nous mobiliserons dans les prochaines semaines pour défendre l'AAH et plus largement, pour faire entendre la voix des personnes en situation de handicap.

e-max.it: your social media marketing partner

Ce site enregistre des cookies sur votre ordinateur pour vous fournir une meilleure expérience.

EU Cookie Directive plugin by www.channeldigital.co.uk
!-- //FOOTER --