Vous etes ici : Enfance, Jeunesse, Scolarité Projets APAJH du pôle et évènements Les DYSfférences au coeur de la 3ème journée des Dys

PASSMO

 

FAQ

 

Espace Presse

 

Espace RH

 



Les DYSfférences au coeur de la 3ème journée des Dys

Envoyer Imprimer
journée des DYS
La troisième édition de la journée des DYS s’est ouverte le 3 octobre, à Paris au siège du Sénat, réunissant près de 200 participants. Les Fédérations nationales des APAJH et des DYS organisaient ensemble une journée de débats sur les troubles cognitifs, de types dyslexies, dysphasies, dyspraxies et autres DYS. Des invités venus d’Europe et des professionnels français ont présenté leurs démarches et leurs réussites. Une avant-première de la semaine consacrée aux DYS dans tous les départements.

Eviter les conséquences négatives de l’échec scolaire et préparer enfants et jeunes souffrant de DYS à franchir les obstacles sereinement. Aujourd’hui des enfants et des adolescents DYS se retrouvent dans toutes sortes d’établissements, avec des enfants sourds, en situation de handicap moteur ou mental, voire même en psychiatrie. Les services de formation professionnelle ignorent souvent la réalité des troubles DYS. Après des parcours scolaires trop chaotiques, les jeunes adultes se présentent sur le marché du travail avec des niveaux de diplôme très bas, parfois sans qualification et avec une très mauvaise estime d’eux-mêmes.

Sans attendre que la loi de 2005 soit ajustée à la spécificité des troubles DYS, des mesures sont à prendre en particulier dans les secteurs professionnels de l’éducation, de la santé et du médico-social. « Cette loi est encore imparfaite mais susceptible d’évoluer » a signalé le sénateur Paul Blanc. « Nous devrons la compléter et l’améliorer grâce à ce que j’appelle un véritable « service après-vote », pour parvenir à une véritable et juste compensation ». « Quel que soit le handicap, surtout quand il s’agit de handicap cognitif, il faut parfaire et enrichir le dispositif d’appréciation et d’évaluation » a déclaré Patrick Gohet, Délégué interministériel aux personnes handicapées. Un message qui n’a pas laissé indifférents les présidents des Fédérations DYS et APAJH : « A partir des repérages et des diagnostics, il est nécessaire de tout mettre en œuvre avec les aides possibles et les accompagnements nécessaires pour aboutir à l’insertion dans la cité » a soutenu Jean-Louis Garcia.

De nombreux exemples sont venus illustrer les échanges. L’association européenne EDA (European Dyslexia Association), qui avait délégué son président Michaël Kalmar : « La seule façon de prévenir la DYScrimination des enfants, adolescents et adultes est de leur prodiguer un enseignement et une rééducation adaptées à leurs besoins, de façon précoce, intensive, basée sur un mode pluridisciplinaire dans des structures appropriées, dans un environnement inclusif en classe ordinaire si possible, et une aide spécifique externe » a-t-il déclaré. Jan Figel, Commissaire Européen à l'Education a rappelé que les parlementaires européens avaient signé une déclaration concernant la « DYScrimination » et l’exclusion sociale des personnes présentant des différences DYS, à l’automne 2007.

Les témoignages exposés par des équipes de la Drôme ou d’Alsace notamment, de professionnels et de parents, ont révélé que des parcours réussis peuvent faire échec au fatalisme. Ces réussites montrent combien la coopération entre le monde enseignant et les professionnels du médico-social ou de l’insertion constituent un atout dans le parcours de ces jeunes DYS.

Le témoignage de Thomas, jeune dysphasique, a ému les participants lorsqu’il a évoqué les divers obstacles rencontrés au cours de sa scolarité. Un dispositif de formation professionnelle en apprentissage adapté l’a aidé, grâce aux aménagements nécessaires, à définir son projet : selon ses mots, « ce n’est pas lui qui a choisi son métier, c’est le métier qui est venu à lui. »

Des exemples qui plaident en faveur d’un plan d’urgence. Un appel est lancé pour la mise en place de formations spécifiques en direction des enseignants, des personnels d’accompagnement, type AVS, des responsables des Maisons Départementales du Handicap, des médecins et en particulier des médecins scolaires, des médecins de PMI (Protection Médecine Infantile) etc …

Rendez-vous a été donné pour la journée DYS du 10-10-10, c'est-à-dire le 10 octobre 2010.

En chiffres :

Plus de 10% de la population est porteur d’un ou plusieurs DYS.

45 millions d’Européens sont dyslexiques.

50% des dyslexiques ont également une dyspraxie.

40% des dyspraxiques ont soit une dyslexie soit des troubles de l’attention.

85% des dysphasiques sont dyslexiques.

20% des dyslexiques souffrent de troubles spécifiques de l’attention avec ou sans hyperactivité.

50% des enfants hyperactifs sont dyslexiques.

A savoir :

Les Actes du Colloque accompagnés des documents élaborés par les intervenants des tables rondes seront bienôt disponibles auprès des Fédérations nationales des APAJH et des DYS.

De nombreux documents seront également rendus publics sur le site de la Journée des Dys

La journée des Dys, c’est aussi près de 40 opérations dans les départements le 10 octobre 2009.

e-max.it: your social media marketing partner
!-- //FOOTER --